Première phrase du contexte. Contexte ici.
Les nouveautés
DATE : Première news.
Crédit
Thème réalité par Myrddin.
Le staff
Nom staffeux
Dispo • MP •
Nom staffeux
Absent • MP •
Nom staffeux
Dispo • MP •
Votez pour

 :: New York :: Brooklyn :: Appartement de Magnus Bane Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Je viens t'aider, comme tu l'as fait avec moi. ▬ Magnus Bane
Ianthe O'Connor
DC : Aedan Blazingtree
Groupe : Enfants de Lilith
Messages : 85
Date d'inscription : 11/06/2017
Localisation : Chez Magnus Bane
Humeur : Devenue très sérieuse
Chronologie : Apparition des cornes de Ianthe ▬ Départ de chez sa mère grâce à son instinct de survie ▬ Squattage chez des amis et à l'internat de son école ▬ Rencontre avec Magnus Bane ▬ Rencontre avec Harry ▬ Tente de vivre aussi normalement que possible ▬ Entend parler des morts de créatures obscures à l'Institut lors de l'activation de l'épée mortelle et a fuit la ville quelques temps sans rien dire à personne ▬ à son retour, apprend la mort de Valentin, mais aussi que Magnus a souffert sans plus de détail ▬ Décide d'aller vivre chez Magnus, pour l'épauler au besoin, mais si elle ne l'avoue pas ▬ ???
Ianthe O'Connor
Enfant de Lilith



Ven 20 Oct - 12:35
Voir le profil de l'utilisateur





Je viens t'aider,

Because, you're like a father to me.



comme tu l'as fait avec moi.


nous sommes Magnus & Ianthe et on assume.

Ianthe s’était décidée après avoir eu vent des derniers événements par nul autre que Harry. S’ils étaient souvent à couteaux tirés, il fallait admettre que lorsqu’il était question de Magnus, la petite sorcière et le vampire trouvait le moyen de s’entendre et quand elle avait appris quelques éléments concernant l’épée mortelle – elle n’avait pas bien compris ce que c’était, mais le nom ne lui disait rien de bon – et aussi que Magnus avait été dans un sacré pétrin, sans trop en savoir non plus, elle s’était décidée à faire ce qu’il fallait. De toute manière, les gens de l’internat commençaient à se demander pourquoi elle ne rentrait jamais chez sa mère alors si la blonde voulait éviter les questions plus poussées, il lui fallait s’en aller. Son sac venait juste de se retrouver fermé quand la voix de sa camarade se fit entendre dans son dos.

« Tu te décides enfin à retourner chez ta mère ? »
« Pas exactement. Je vais chez quelqu’un de ma famille qui vient d’arriver en ville. Il m’a proposé de venir chez lui le temps que l’une de nous mette son orgueil de côté pour avoir une discussion d’adultes responsables. »
« Eh bah… vu que tu es la personne la plus têtue que je connaisse… il va t’avoir sur le dos longtemps si ta mère ne fait pas le premier pas. » riait l’autre jeune femme, faisant tirer la langue à Ianthe.
« Mauvaise langue va. Aller, on se voit demain. Et ne ramène pas de mec dans cette chambre maintenant que je déserte ! »

Un instant, un sourire flotta sur leurs deux visages avant que la sorcière ne prenne son sac et son chaton qui dormait jusque-là sur l’oreiller, le glissant bien au chaud dans la large poche de son hoodie avant de prendre la route de l’appartement de Magnus. Il ne fallait pas qu’elle ait l’air trop inquiète, autrement le sorcier allait comprendre qu’elle savait ce qu’il s’était passé – le monde obscur ne parlait que de Valentin et compagnie bien entendu, surtout maintenant qu’il était apparemment mort de chez mort – mais peut-être que son ami vampire n’aurait pas dû parler des bruits de couloirs qu’il avait capté, surtout sans avoir tous les éléments. Ils ne savaient l’un comme l’autre qu’une chose : Magnus s’était refermé sur lui, il avait pactisé avec la reine des fées pour protéger les sorciers et rompu avec Alexander Lightwood. Voyez, ils ne savaient même pas qu’ils étaient rabibochés ces deux-là. Enfin… après un petit moment à marcher pour éviter la foule des transports en commun, Ianthe arrivait à l’immeuble et grimpait les étages vers le loft, frappant doucement à la porte de celui qu’elle voyait comme un protecteur dans ce monde.

« Magnus ? Magnus tu es là ? » demandait-elle derrière la porte encore close, jusqu’à voir pivoter les gonds et afficher un large sourire en reconnaissant le visage de son ami. « Je peux entrer s’il te plaît ? Enfin… si tu n’es pas occupé ? »


▲ code par blakiny sur Epicode - ne pas retirer ce copyright.


Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: